Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Endurance en Montagne Ardéchoise

Le retour du briseur de chaînes

19 Juin 2015 , Rédigé par Le Bourrin Ardéchois Publié dans #Grimpées à vélo

Le retour du briseur de chaînes
Le retour du briseur de chaînes

20 km et 900 m de dénivelées, positive et négative, ce doit être une surprise pour nombre de mes lecteurs me connaissant de longue date de me savoir devenir coureur à pied. Ca en aurait été une pour celui que j'étais il y a quelques années! Lequel n'a pas changé; on ne change pas, on évolue, un peu, au gré des circonstances. Dans le secteur des sucs de Montfol, Taupernas et autres, question sentiment de liberté, simplement mettre un pied devant l'autre deux bonnes heures à bon effort sans fatigue limitante génère des sensations peut-être plus grandes encore que le vélo.

Lequel reste ma discipline de prédilection. Un bon demi-million de kilomètres montagneux sans lassitude, c'est un signe.

Dont pas mal chrono déclenché. La liberté dans le surpassement. Se sentir exister par le fonctionnement organique poussé haut. Sans gloire, c'est toujours mieux qu'en "emmerdant ses voisins", chantait Georges Brassens. Au diable les "idéaux sacro-saints", "vivons simplement tout simplement pour que les autres puissent vivre", mais vivons pleinement par simple respect du cadeau vital.

Course à pied mercredi, vélo jeudi. Les fibres brisées de la veille n'empêchent pas l'entrain à l'attaque une nouvelle fois de la dure grimpée de la Route des Crêtes au départ du Cheylard. A très peu près, 5 km, 500 m d'élévation, du travail de grimpeur. Avec un gabarit de rouleur, il faut le vouloir.

Je le veux et même que la jambe tombe bien le 39/23. Les temps intermédiaires sont bons, l'acceptation d'un surcroît d'acidose musculaire pour les 5 dernières minutes est validée, la chaîne est descendue sur le pignon de 21, la concentration se porte sur le contrôle du souffle.

Contrôler, contrôler, obsession?

Il y a un grain de sable. La chaîne ne veut pas rester sur le 21. Qu'à cela ne tienne, je finirai en force sur le 19. Elle n'est pas plus docile. En vélocité sur le 23. Idem. Incontrôlable, la courroie de transmission.

Voilà qu'elle tombe du 39. Arrêt! Un regard: brisée! Un juron; pas méchant. Rappel à la prétention du contrôle total.

Descente, vélociste, nouvelle chaîne, repas sur le pouce mais en douce compagnie, léger parce que pas question d'en rester là et c'est reparti.

Sensations? meilleures encore! L'arrivée au point fatidique se fait avec 30 secondes d'avance sur la précédente, 60 sur la dernière édition achevée.

Mais. Nouveau grain de sable. Les réserves de glycogènes sont épuisées. La course à pied de la veille, le pédalage à haute intensité du matin, la légèreté du repas? Nouveau rappel à la condition humaine: c'est la fringale. 59 secondes de perdues sur les 5 dernières minutes devenues 6.

24'28 et une envie de dévorer à contrôler pour l'orienter vers une petite joie alimentaire au retour.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JEAN-PAUL 07/07/2015 06:13

Tu es donc le " briseur de chaines " ... et moi je fus baptisé " l'écarteur de pédalier . C'était il y a longtemps quand je détenais le record de Provence du squat , la flexion sur jambes avec deux cent trente deux kilogs ... un voisin eut l'imprudence de me prêter son beau vélo qu'il avait payé dix mille francs ( en 1980 ) . Je l'essayai dans la montée de la Gineste ; je rencontrai un vent de face terrible , je luttai , au sortie d'un virage je restai en équilibre , je poussai comme un dément ... et je désolidarisai les deux plaques avant ... la tête du voisin !!!
Tu vois quelque part on se donne l'air...

Le Bourrin Ardéchois 07/07/2015 06:52

Il faut bien essayer de donner un peu de sens à ce qu'on appelle la vie. Futilement ou gravement.
La tête du gars devait valoir tous les divertissements! Perso, j'en suis resté à l'arrachement de la pédale de la manivelle et la brisure de l'étoile de la manivelle. Le copain pro de Tournon n'en revenait pas et avait pris des photos.
Tes qualités de squatteur explosif te donnait naturellement des capacités de sprinter, voire de rouleur. Je reconnais ton caractère dans ton regard porté sur le Ventoux. Je serai peut-être de la prochaine édition. Ca fera deux éléphants au pays des gazelles. Ces grimpeurs spécialistes sont des gringalets, na!

JEAN-PAUL 07/07/2015 05:38

Enfin te revoilà !!! Merci Jean - Paul " Gino "

jean - paul 07/07/2015 08:16

Deux éléphants au pays des gazelles ... OUI . Les gringalets comme tu dis sont bons sur un vélo et en montée ... Je me souviens d'une émission TV où tous les meilleurs sportifs du monde se retrouvaient pour une sorte de décathlon ... Le grand vainqueur fut Bjorn Borg , un athlète celui là et le dernier ... Bernard Hinault la pointure du vélo incapable de faire autre chose que pédaler ... mais il pédalait si bien . Les cyclistes ne sont bons que sur un vélo et tu es je pense une exception . Pour le Ventoux ce serait super que tu sois là ; pour ma part j'espère le faire mais... Allez bon training .jp

Le Bourrin Ardéchois 07/07/2015 06:45

Gino le constructeur de Ventoux! Un plaisir de te savoir ici.

truite 29/06/2015 19:00

heureusement que seule ta chaine a pété...

Le Bourrin Ardéchois 29/06/2015 20:10

Peut-être n'ai-je pas tout écrit...

Pattes Bleues 22/06/2015 20:37

Marquant est je crois effectivement le mot adapté. Le blog, le style de l'écriture, le personnage... Un article que j'aimerais tellement relire est celui où une de tes élèves est venue te dire MERCI en fin d'année, tellement de choses étaient écrites... Et je pense qu'il y a beaucoup de lecteurs qui comme moi ne commentent pas souvent, mais se délectent dans tes lectures.

Le Bourrin Ardéchois 23/06/2015 06:42

Je republierai peut-être cet article ici en pensant à toi... et à Sandy.

Fred Chaize 22/06/2015 18:42

Je ne racontais pas d'ânerie, ton blog marquait les esprit, dont le mien...

Le Bourrin Ardéchois 22/06/2015 19:20

Tu es à ce jour le seul à commenter de manière suivi sur celui-ci. On va voir la suite. Mais je m'investirai moins, dans la pratique et dans le blog. Quand même, ce que tu me dis me touche.

Fred Chaize 19/06/2015 16:53

Briseur de chaines, le Bourrin Ardéchois? Pas que, si je ne m'abuse... Enfin bon, il semblerait que tu aies eu plus de chances cette fois pour rentrer en roue libre, que lors de ton expédition en haut de la vallée de la Roane, suite à laquelle tu avais été accueilli "chaleureusement" au bercail car rentré très (trop) tard, les pieds en sang, suite à un éniem bris de matos, et un retour à pieds et en stop...

Le Bourrin Ardéchois 20/06/2015 06:15

Bonne mémoire! A l'époque, un caillou avait fait éclater le pneu et percer la jante! Les pieds n'étaient tout de même pas en sang mais la marche sur goudron brûlant les avait vilainement cloqués. Je n'en reviens pas que tu te souviennes si précisément d'un article parmi je ne sais plus combien de centaines.