Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Endurance en Montagne Ardéchoise

La Vallée de la Bezorgues et le Mont Gerbier de Jonc

13 Août 2015 , Rédigé par Le Bourrin Ardéchois

Lachamp Raphaël. L'hiver approche, l'hiver aussi peut être joyeux

Lachamp Raphaël. L'hiver approche, l'hiver aussi peut être joyeux

Prendre du temps au téléphone ce matin sur un banc encore ensoleillé de la belle Vals-les-Bains n'est certainement pas la meilleure idée au su des prévisions à l'orage pour midi sur l'Ardèche, mais il est des situations où on ne compte pas.

Et puis ça permet de commencer la digestion de figues dégustées au bord de la route en guise de savoureux petit déjeuner de fin d'été, enfin pas tout à fait j'espère. Aliment hautement alcalin, qualité appréciable dans une alimentation s'universalisant vers, elle aussi, toujours plus d'acidité. D'autant plus appréciable pour le sportif à l'exercice acidifiant. Hein? Etudier l'indice pral après l'index glycémique et la nature des graisses, au diable, les médocs c'est plus simple! Surtout a posteriori...

Et puis il y a le plaisir. De bonnes figues sous l'arbre, la goutte de miel au cul. Essentiel, les plaisirs.

Et le vélo? Il en est!

Dans la Bezorgues! S'il vous plait!

Magnifique vallon sillonné par une douce rivière dont la fraîcheur et les rochers qu'elle a polis firent le bonheur de quelques trop réchauffés en cette longue période de canicule 2015 qui vient de s'achever. Et dont la sérénité apaise le cycliste à la recherche d'une fuite d'un monde qu'il ressent angoissé à s'inhiber. L'inhibition de l'action, un mal si conséquent.

Action! Et de déclencher le chrono dès abordé le pont sur la Volane qui fait office de porte d'entrée vers la grande évasion. Libération par l'action.

Sous la condition et nécessaire et suffisante de s'en occuper, comme on dit dans le Nord-Ardèche, les 6 premiers km se font grand plateau. Histoire d'élever la moyenne à un niveau d'où sa chute ne la fera, objectif modeste mais qui ne sera ce jour pas atteint, à aucun moment passer sous les 20 km/h selon la vitesse GPS (laquelle est sous-estimée).

Jusqu'alors profond, le sillon s'ouvre 4 km en amont à la Bastide-sur-Bezorgues, pour offrir au regard les premières beautés du Plateau. La pente momentanément adoucie ragaillardi la bête entamée par une déclivité précédemment sévère, avant de se redresser, régulièrement, à Freyssenet, pour les 10 derniers kilomètres de montée qui ont fait mon bonheur solitaire lors de ma centaine de passages en ces lieux adorés. Ma Montagne, na!

1h06'31 là-haut, ça vaut ce que ça vaut: le plaisir de l'effort! Record Strava; à ce jour...

Celui du corps, celui de l'âme, déconnectée, celui des yeux. Ben ouais, j'y aurais bien fait ma vie dans cette Montagne. Une prochaine, peut-être. Mais rien, rien ne m'empêchera de venir, revenir et encore revenir y gouter, pas même ce ciel s'assombrissant depuis le sud-ouest. Le Béage, Le Lac d'Issarlès, St Cirgues-en-Montagne, Coucouron, Rieutord, la Loire haute, toujours je vous aimerai, par canicule comme dernièrement, par la Burle quand elle reviendra.

Plaisant et contrôlé, pas question pour autant d'arrêter l'effort solitaire en si bon chemin. Le temps de la lecture d'abord, de la télévision ensuite, le temps subi, subi-vous-avez-bien-lu, ce temps n'est pour moi pas encore là. Doigts croisés, bois touché, je compte bien aider Dame Nature à entretenir mon capital physique encore longtemps juste pour m'offrir ça; et plein d'autres choses. Histoire aussi que, quand viendra le temps de l'oisiveté contrainte, une vie jusqu'alors non vécue ne m'entraine pas à me satisfaire d'empêcher à autrui le plein accès à la sienne.

L'adoré Bois de Cuze traversé, je bifurque donc à gauche vers Bourlatier via Lachamp-Raphaël et le Col du Pranlet et ses souvenirs. A fond vers le noir, le guidon serré et le vélo incliné sous la contrainte d'un vent d'orage annonçant la douche avant l'heure, le Lonesome Cowboy, poor so poor, file tête dans le premier pour réduire un SCx très couteux sous les assauts d'Eole.

Plein d'une gratitude qui serait appréciée venant plus souvent d'humains chers, ce Dieu me pousse dans le dernier ressaut vers Bout de Barre, point haut entre Lécousses et le Clapas près duquel le raidard est, lancé d'une descente, avalé à la vitesse de Marco Pantani dans ceux des Alpes. Moins vite que Nicolas Morel à l'attaque en ces lieux lors de l'Ardéchoise 2013, parcours Volcanique: 4'27 contre 4'05, Strava. A l'EPO l'italien, certainement plus fort sans, à l'EPO le valentinois, certainement plus fort avec.

Arrivée au Gerbier en 1h37'02. Sec! Enregistré sur Strava, modernité dit-on. KOM! Qui fera mieux? Moi? Toi?

Séché par l'exercice, trempé de sueur. Un petit sursis de 10 minutes me rappelle à une triste réalité, compter, pas compter, avant que la colère de Thor plonge les lieux dans l'obscurité et déclenche la grande lessive. Pardon, une divinité du Sud, une autre du Nord? Un peu de surréalisme détonnant est privilège de l'auteur en cette zone de frontière climatique parfois tonnante. Et Zeus bienveillant d'éclaircir une seconde le Suc du Cheylard, réservant sa foudre au lointain. Triste trop pique.

Trempé en quelques instants bien plus que son caractère, le verbiage plus médiocre encore que la puissance à pédaler, l'écrivain à 30 lecteurs ne pense plus à rien d'autre qu'au confort du foyer; and a long way from home, une heure durant, transi de froid, les dents claquant comme cela ne m'était pas arrivé depuis plusieurs années. Il ne fait pourtant pas si froid. L'effort sortant, le débardeur, le corps affaibli par des semaines de canicule? Il est temps ce jeudi noir de fuir ce Plateau tant aimé. Aimé à jamais.

Les médiocres ont le droit de vivre, et même tranquillement s'ils n'emmerdent pas trop leur voisin. Pas mal même si cruel. A lire en face.

"On finirait par devenir fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer", Guy de Maupassant

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pattes Bleues 14/08/2015 08:27

Salut Grand. Il faudrait quand même que tu envisages de changer de pseudo au profit du "Poète Ardéchois". Ton écrit est MAGNIFIQUE, richesse, finesse, ...de l'art. Et j'espère que Norbert ne va pas te le piquer celui-là, tu mérites vraiment de le garder Grand sportif, c'est tes terres...

Le Bourrin Ardéchois 14/08/2015 10:55

Sur nos formes actuelles, je crois Norbert en mesure de me le prendre. Encore faut-il le faire! Je ne demande que ça, qu'il s'y attaque, et d'autres aussi. Mieux ou moins bien, ça enrichira le classement. Plus fort que moi, dès lors que, ça se sait, je ne suis pas vainqueur du Tour, et encore, il y a. Il y a aussi moins fort. Plus le classement sera fourni, plus j'aurai envie de m'y frotter, contre moi-même. Et pourquoi pas retrouver une forme qui me permette de laisser même le super grimpeur marseillais derrière au mieux de la sienne... Et toi, tu reviens quand?
Pour le reste, mille mercis. Sincèrement, ça aide.